RSS
 
En français 

Conference Estelle Raffin

2011/09/15 — Les Mouvements de Membre Fantôme: Relations entre perceptions motrices et neuro-anatomie fonctionnelle en IRMf

Practice talk for thesis defense (29/9)

Le membre fantôme correspond à la persistance de perceptions concernant un membre pourtant amputé. Des douleurs chroniques parfois invalidantes ainsi que des capacités d’évocation de mouvements dans le membre absent sont rapportées par les patients. Très peu connue, cette capacité motrice résiduelle est souvent considérée comme de l’imagerie motrice. Le premier objectif de cette thèse est de réinterroger le statut psychologique des mouvements de membre fantôme. Le second objectif est d’étudier le lien entre le contrôle moteur dans le membre fantôme et les réorganisations corticales dans le cortex moteur du sujet amputé. Au moyen de tests comportementaux et d’examens en Imagerie par Résonnance Magnétique fonctionnelle (IRMf), ces travaux de thèse ont permis de dissocier expérimentalement une forme de perceptions kinesthésiques associée à l’imagerie motrice et une autre forme associée à l’exécution motrice dans le membre fantôme. Cette distinction repose à la fois sur des différences de performances associées aux deux tâches et sur le recrutement de régions cérébrales partiellement distinctes. Au-delà de cette distinction physiologique, les résultats obtenus suggèrent que les mouvements de membre fantôme s’apparentent à une forme d’exécution motrice plutôt qu’à de l’imagerie motrice. A travers le modèle du membre fantôme, ce travail aborde donc la question de la nature des informations menant à la perception d’un mouvement comme étant « exécuté ». Par ailleurs, les observations cliniques et les examens en neuroimagerie menés au cours de cette thèse dressent un modèle relativement cohérent de l’organisation fonctionnelle du cortex après amputation. En particulier, l’existence d’un lien entre les réorganisations fonctionnelles au sein du cortex moteur et la qualité du contrôle moteur résiduel dans le membre fantôme permet de mieux comprendre les mécanismes sur lesquels reposent certaines thérapies antalgiques, comme les thérapies visuomotrices. Les altérations du fonctionnement cortical mises en évidence chez l’amputé s’apparentent aux mécanismes physiopathologiques relevés dans certaines situations de déficiences associées à une forme de plasticité « maladaptative », dont l’amputation pourrait être un bon modèle d’étude.


— Posted by Michelle Soulier on 2011-09-14 09:52 (more news...)