RSS
 
En français 

Laure Huchon 2013-06-06 4 pm

Le titre : "Prendre avec des mains greffés : une analyse cinématique"

Résumé : "

Depuis la première allogreffe de main chez l’homme en 1998, une soixantaine de patients amputés des membres supérieurs ont bénéficié de cette intervention, dont au moins 25 cas de transplantation bilatérale. De ces procédures chirurgicales et immunosupressives innovantes résulte une récupération fonctionnelle satisfaisante permettant aux patients de retrouver leur autonomie dans la vie quotidienne, malgré la persistance de déficits sensitivo-moteurs et de limitations des amplitudes de mouvements des poignets et des doigts. Les caractéristiques cliniques analytiques et fonctionnelles des mouvements de préhension ont été partiellement décrites chez ces sujets. Un remodelage plastique du cortex sensorimoteur induit par la greffe a été documenté en neuro-imagerie fonctionnelle, mais le contrôle visuo-moteur et la structure molaire des mouvements de préhension visuellement guidés n’ont jamais été étudiés. Nous rapportons la première analyse cinématique des performances de préhension de cinq patients français porteurs d’une allogreffe bilatérale de main. Le délai entre l’amputation et la greffe variait de deux ans et demi à cinq ans, et la transplantation lors de notre étude datait de trois à treize ans. Les patients ont accompli une tâche de préhension d’un objet cylindrique, placé dans leur hémi-espace droit ou gauche, avec ou sans retour visuel sur le mouvement réalisé, et avec trois diamètres différents de cylindre testés. Les deux mains greffées ont été testées séparément, et les performances ont été comparées à celle d’un groupe de sujets contrôles appariés en âge, genre, et morphologie des membres supérieurs. Les résultats montrent une préservation des principales caractéristiques du contrôle visuo-moteur de la préhension chez les allogreffés, avec notamment une augmentation significative de l’ouverture maximale des doigts parallèle à l’augmentation du diamètre du cylindre comme chez les contrôles. De plus, la suppression du retour visuel ne perturbe pas plus les mouvements des patients que ceux des témoins. En revanche, la structure molaire des mouvements des allogreffés est partiellement altérée avec un allongement de la phase finale du mouvement lors de la stabilisation de la pince pouce-index sur l’objet, alors que les phases précoces des composantes de transport et de saisie sont respectées. Les patients présentent également un temps de réaction plus long et des pics d’accélération plus nombreux que les sujets contrôles, ainsi qu’une ouverture maximale de la pince pouce-index réduite et plus de difficulté à saisir le gros cylindre que les objets plus petits. Ces données suggèrent une « récupération » remarquablement bonne du schéma de préhension après une allogreffe bilatérale de main, notamment concernant le calibrage de la pince selon la taille de l’objet, et indiquent également des difficultés d’exécution de la saisie possiblement dues aux déficits orthopédiques et neurologiques périphériques résiduels."


— Posted by Michelle Soulier on 2013-05-31 08:32 (more news...)