RSS
 
In English 

Equipes de ImpAct

EQUIPE 1

Des représentations motrices peuvent être décrites à de nombreux stades de l’organisation de l’action, et impliquent un réseau neuronal comprenant le cortex moteur, le cortex pariétal postérieur, les noyaux gris centraux et le cervelet. Ces représentations motrices sont particulièrement importantes pour planifier l’action ou programmer le geste ainsi que pour contrôler son déroulement. Les grandes questions qui restent ouvertes concernent 1) la détermination des variables motrices, des référentiels spatiaux et des substrats neurologiques permettant l’élaboration de ces différents niveaux de représentation, 2) l’influence des contraintes extrinsèques ou intrinsèques à l’action sur l’organisation des gestes élémentaires, 3) les modalités de l’action qui conduisent à l’implication des différentes représentations motrices, à la mise en place de mécanismes de flexibilité et/ou d'adaptation, à la généralisation des mécanismes adaptatifs ; 4) les implications cliniques d’un défaut de représentation motrice et leurs applications thérapeutiques.

EQUIPE 2

Les représentations spatiales occupent une place centrale dans le contexte sensori-moteur. En effet la représentation du but de l’action préside bien sûr à l’élaboration des représentations motrices, et réciproquement la mise en jeu de toute motricité modifie la relation corps-espace et donc les représentations spatiales. Cette dialectique est particulièrement évidente au niveau de la motricité oculaire dont un paramètre d’amont est la localisation d’une cible et un paramètre d’aval la modification des entrées sensorielles participant à sa localisation. La formalisation de cette dialectique est de plus soumise à l’influence déterminante de processus attentionnels, eux-mêmes très liés aux paramètres sensoriels et oculomoteurs. Notre équipe a pour objectif principal de comprendre ces multiples interactions entre les entrées sensorielles (en particulier visuelle), les déplacements du regard et la mise à jour (remapping) des représentations spatiales. Elle poursuivra également des objectifs thérapeutiques, par exemple dans le domaine de la rééducation de la négligence spatiale unilatérale, dans l’adaptation de la perception visuelle à des mouvements oculaires anormaux et dans la prise en charge d’enfants IMC dyspraxiques.

EQUIPE 3

L’intégration multisensorielle constitue un nouvel enjeu des neurosciences. Abordées originellement à partir des informations visuelles, l’élaboration et le maintien des représentations motrices et spatiales dépendent fortement de mécanismes multisensoriels. Le projet de cette équipe vise à étudier les processus d’interaction multisensorielle (soit intégratifs, soit compétitifs) participant à la planification et au contrôle de l’action ainsi qu’à l’élaboration des représentations spatiales et corporelles. Un projet phare de cette équipe est d’élucider le rôle fonctionnel joué par l’interaction visuo-tactile dans le contrôle de l’action, en faisant l’hypothèse qu’elle est asservie à l’organisation du geste orienté vers la manipulation d’objets. Il s’agira ainsi de déterminer les propriétés dynamiques et bases neurophysiologiques de ces représentations visuo-tactiles, et leurs liens avec les mécanismes de production de l’action. Un autre enjeu est d’exploiter les connaissances fondamentales collectées chez l’homme et l’animal (développement d’un modèle des déficits visuo-spatiaux tels que l’héminégligence et l’extinction) dans une perspective clinique de rééducation de handicaps cognitifs.

Thèmes transversaux

L’étude de la flexibilité motrice est une activité phare du laboratoire depuis une vingtaine d’années. Ce thème a continué à se développer depuis 2000 grâce à l’utilisation de l’imagerie cérébrale et à l’initiation d’investigations menées sur des patients neurologiques. L’implémentation de protocoles explorant la flexibilité sur la plate-forme Mouvement et Handicap permet à l’équipe 1 d’intensifier ces investigations cliniques et d’explorer de nouvelles pathologies. Une originalité de ce projet est de proposer l’utilisation de la flexibilité manuelle pour favoriser la récupération motrice des patients hémiplégiques. La flexibilité occupera également une place centrale dans les projets de l’équipe 2 qui étudie l’implication du Cortex Pariétal Postérieur dans les réponses oculaires et manuelles à une perturbation de la position de la cible pendant le mouvement. L’équipe 3 étudie pour sa part les aspects intersensoriels de la flexibilité motrice au cours du geste de préhension.

La plasticité cérébrale est également un thème central de l’unité à travers les projets des trois équipes. La mise en jeu de phénomènes de plasticité sera étudiée au moyen de protocoles d’adaptation de la motricité oculaire ou segmentaire à des manipulations visuelles ainsi qu’au cours de la récupération fonctionnelle des patients neurologiques. Les niveaux d’action de cette plasticité au sein du système visuo-moteur restent mal connus et sont actuellement activement débattus. Ses répercutions sur des niveaux supérieurs de représentation spatiale constitueront également une préoccupation importante du fait de leurs implications thérapeutiques, aussi bien au niveau de la récupération spontanée après lésion cérébrale, qu’au niveau des possibilités de stimulation des capacités de récupération fonctionnelle et de compensation des handicaps moteurs et sensori-moteurs.